Focus sur l'activité Athlétisme du CPB

Tout Homme normal a la faculté de courir, lancer, sauter. Certains trouvant ces atouts intéressants les utilisent quasiment tous les soirs sur la piste d'athlétisme de Bréquigny au sein du groupe « athlétisme » du Cercle Paul Bert.

 

L'athlétisme est l'un des premiers sports olympiques comportant un ensemble de 30 disciplines regroupant des courses, des sauts, des lancers. Tous le monde a déjà pleuré de joie ou de tristesse en regardant devant son poste de télévision des championnats du Monde ou d'Europe commentés par Patrick Montel. Les cerclistes n'en sont pas encore arrivés là, ils se contentent pour l'instant des championnats de France…

 

Crée en 1926, le groupe athlétisme connaît des début timides. Installé au Vélodrome, le groupe prend son essor dans les années 1940-1960 et obtient sa marque de fabrique : son ambiance chaleureuse reconnue dans toute la Bretagne et qui compte aujourd'hui encore comme l'un de ses atouts majeurs. Le groupe brille alors surtout en cross-country puis dans les épreuves de demi-fond au cours des années 1970. C'est dans cette décennie que se réalise aussi la fusion entre le groupe Centre et celui de Rapatel. A ces années fastes, succède un lent mais certain déclin, le groupe athlétisme perdant année après année ses adhérents pour se retrouver à moins de 50 pratiquants au début des années 2000. Sous l'impulsion d'un nouveau président, Serge Pelerin, et d'Ugo Marchesseau, entraîneur de demi-fond, une nouvelle dynamique se crée et une équipe d'entraîneurs se forme peu à peu, permettant au groupe de retrouver de la compétitivité. En effet, en 4 ans, le groupe connaît une ascension impressionnante passant de la poule Régionale 2 à la Nationale 2 lors des Interclubs : son nombre de licenciés double.

 

Aujourd'hui, le CPB Rennes Athlétisme est le 5e club du département du point de vue sportif avec plus de 300 adhérents.

 

Historiquement, le groupe athlétisme du Cercle Paul Bert est ancré à La Poterie au sein de la section Rapatel. Afin de proposer un meilleur cadre d'entraînement, les cerclistes se déplacent sur la piste de 400 mètres synthétique de Bréquigny ou se retrouve le groupe d'entraînement principal.

 

Tous les ans, le club envoie une dizaine d'athlètes aux championnats de France, que ce soit sur piste, en salle, en cross-country et sur route, avec des résultats probants comme les places de finalistes de Maël Pomponne sur 60m haies et de Clément Jamet sur 800m.

 

Voulant faire découvrir l'athlétisme au plus grand nombre, le groupe ouvre depuis quelques années des écoles d'athlétisme pour les enfants dans les différents quartiers de Rennes en lien avec les sections (Rapatel, Bréquigny, Cleunay) et à Noyal-Châtillon sur Seiche. Tous ces jeunes sont encadrés par une équipe de bénévoles souvent à la fois athlètes et entraîneurs, impliqués dans le groupe.

 

En plus des petits athlètes, le CPB Athlétisme accueille des sportifs handisports et sport adapté, ce qui permet de leur faire retrouver ou de découvrir une mobilité et une coordination tout en créant un lien social. Mais l'athlétisme ne s'arrête pas à la piste : un groupe de course sur route se développe autour de Christian Delerue, entraîneur breton de renom, et les résultats se ressentent déjà avec pour prochain objectif la victoire par équipe au marathon du Mont Saint-Michel. Enfin, depuis 2 ans, le groupe propose de la marche nordique collective à travers le sud de Rennes et les prairies de Noyal-Châtillon.

 

Dans les prochaines années, le groupe veut continuer à se développer dans les quartiers rennais où l'athlétisme est absent en profitant de l'ouverture prochaine de la nouvelle piste d'athlétisme couverte dans le campus de l'université Rennes 2. Ancré également à Noyal-Châtillon, le groupe a repris l'organisation des foulées castelnodaises – la course de 10 kilomètres de la commune – et espère la développer.

Le groupe va devoir faire face aussi à un renouvellement important de ses bénévoles composés en grande majorité d'étudiants pour répondre aux demandes des athlètes de plus en plus nombreux.

Y.E. Froger